GDLR FRANCE

créée le 11/05/2005
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionGalerie
L'équipe GDLR France remporte le championnat de France par équipes Forza 4 2012
après avoir remporté le championnat par équipe Forza 3 2010!!
GDLR Laige remporte le championnat de France Forza 4 !!!!

Félicitations !!!!


Partagez | 
 

 le modelisme version compète

Aller en bas 
AuteurMessage
Cdt Adama

Cdt Adama

Messages : 19

Age : 36

MessageSujet: le modelisme version compète   Dim 6 Mai - 13:43

Salut

comme vous avez pu le lire dans ma présentation, je pratique le modelisme auto en compète. pour vous faire decouvrir un peu ce monde je vous met un petit descriptif que j'avais eu l'occasion d'ecrir il y a qqs temps.

_______________________________________________________________

Le deroulement d'une course de ligue:

Un petit article pour vous faire découvrir le déroulement d’une course de ligue (championnat régional).

Une course de ligue se passe sur une journée entière, le dimanche en général (ou les jours fériés mais c’est très rare). Elle se décomposent en 2 grandes parties : les qualifs et les finales/sous-finales. Mais il y a également des essais libres. Tout cela donne donc un timing de ce style :
-8h à 9h essais libres
-9h : briefing des pilotes par le commissaire de course, et désignation de la commission des pilotes
-9h à 12h qualifications
-12h à 13h pause repas avec interdiction de faire tourner les moteurs (merci pour les oreilles)
-13h à 13h30 essais libres
-13h30 à 17h environ les sous-finales et finales
-17h30 remise des prix


Il faut savoir aussi qu il y a plusieurs catégories présentes : les 1/10 et les 1/8 avec encore des sous-catégories dans chacune d’elle. Cela oblige à alterner entre chacune d’elles pour laisser le temps aux pilotes de vérifier la mécanique entre chaque manche et éventuellement faire qqs améliorations sur le châssis.


Les qualifs, aussi appelées les « séries », se décomposent en trois manches de 5min où le but est de faire le plus de tours possible durant ces 5 min. Les voitures sont soit lancées les une après les autres sous les ordres du starter, soit c’est un départ lancé où on commence à être chronométré au coup de klaxon. Le comptage se fait grâce à des puces électroniques que l on cherche avant chaque série (ou finale/sous-finale) à la régie de comptage. Sur la piste est disposé une boucle de comptage qui comptabilise chaque passage. Le nombre maximum de voitures par série est de 8. La meilleur des 3 manches est pris en compte pour le classement.

Dans ma catégorie l’attribution des places en sous-finale et finale se fait de la façon suivante :
-1er au 7ème temps à accès direct à la finale
-8ème au 15ème temps à accès en ½ finale
-16ème au 23ème temps à accès en ¼ finale
…etc

En général le nombre d’inscrits dans ma catégorie dépasse rarement 17 pilotes. Dans ce cas la, c’est du 8ème au 17ème temps que l’on accède à la ½ finale.



Les sous-finales, appelées les « remontées » dans le jargon, permettent, comme son nom l’indique, de remonter dans la sous-finale supérieure ou la finale. Vous avez sûrement remarqué qu’il n y a que 7 places attribuées par sous-finales/finales, ce qui permet donc à 3 pilotes de remonter (les 3 premiers de la sous-finale inférieur). Le nombre de voitures maximum est donc de 7+3=10. En général les sous-finales commencent au ¼ ou au ½, quasiment jamais de 1/8.
Leur durée : ¼ --> 15min
½ --> 20min
Finale --> 30min

Le déroulement :

Les pilotes ont chacun 1 ou 2 meccanos placés en dessous du podium des pilotes, où se trouve la zone de ravitaillement. Ils ont pour rôle de faire les ravitaillement en carburant et de chercher la voiture sur la piste au cas où le pilote ne peut plus ramener sa voiture au stand. Sur la piste, il y a des ramasseurs. Ils remettent les voitures en position sur la piste après une sortie de piste ou après un « toit ». En gros c’est les gars sur qui on crie pdt la course parce qu’ils sont trop long à la détente !!!! Et qqs seconde de perdu dans les premières places peuvent être très pénalisantes….

Les pilotes prennent la piste qqs minutes avant le départ afin de faire chauffer la mécanique et surtout les pneus !!! Le commissaire de course nous informe du départ imminent. Tous les pilotes amènent leur voiture sur la grille de départ où l attend son mécanicien. Les voitures sont lancées les une derrière les autres pour le tour de chauffe, qui permet de vérifier que le comptage fonctionne correctement. Retour dans les mains du meccanos sur la grille, on fait le plein et la le moment le plus stressant de la course : le départ !! Les voitures sont soit disposées comme sur une grille de f1 (pas très souvent), soit elles sont disposées en épi style 24h moto. Le décompte défile de 10sec jusqu’à 0, a 3 le meccano doit poser la voiture sur son emplacement et ne plus y toucher !! Il s’écarte vite fait et le coup de klaxon donne le départ.



un petit lien d'une video (certe de mauvaise qualité) d'une procédure de départ:

http://miniautoherrlisheim.free.fr/photo/Video/1_2%20finale%204x4%2018_09_05.wmv

La durée d’un plein est variable: 5min à 10min selon la consommation/cylindré du moteur, le style de pilotage, la contenance du réservoir et les condition climatique. Il faut donc essaye de faire le moins de ravitaillement possible. Mon plein varie de 6min (condition estivale) a 8-9min (condition pluvieuse). Ce qui fait entre 3 et 4 ravitaillements pour ma part. Le meccano, chrono à la main, nous indique quand faire le ravitaillement.

L’arrivé a lieu au coup de klaxon exactement à 15/20/30 min apres le depart. Les pilotes rentre alors tous au stand a moins qu un tour d honneur soit fait.



Voila, j’espère avoir été clair.


_______________________________________________________________



Les différents points de réglages

Je vais développer les différents points de réglages possibles sur un châssis. Vous aller voir qu il y en a un paquet !!! Et je ne maîtrise pas encore tout, loin de la. Cela demande bcp d expérience et d essai pour bien comprendre l influence de chaque point sur le comportement du châssis. Je ne vais pas entrer trop dans les détails mais simplement les lister, pour vous donner une idée de la complexité de la chose, et ceux qui s y connaissent un peu s y retrouverons.

Je considère qu’il y a 3 grands éléments à régler :
-le moteur
-la transmission
-les trains roulants

Le moteur :

Tout d’abord qqs caractéristiques : dans ma catégorie la cylindrée est limité à 2.11 cm3, les plus performants peuvent atteindre 40 000 tours/min (non non vous n’hallucinez pas), les plus puissant développent 1.7 chevaux environ. Pour un poids du châssis mini réglementaire de 1700g et généralement compris entre 1700 et 1800g, cela peut faire un rapport poids puissance proche de 1…. Les connaisseurs doivent comprendre que c’est assez impressionnant. Sur un moteur il y a la carburation à régler et l embrayage.

La carburation se règle grâce à trois vis :
-la richesse : débit maximal lorsque le carbu est entièrement ouvert (détermine la carburation à plein régime donc la pointe de vitesse)
-la reprise : influe sur la richesse du mélange air/carburant lors des régimes transitoires (bas et moyens)
-la vis de ralenti : règle le ralenti lol
Il faut savoir que ces petits monstres sont très sensibles aux variations climatiques. Il faut donc constamment peaufiner ces réglages (par exemple entre le matin et l après midi qqs ajustement sont nécessaire) pour avoir de bonnes performances sans pour autant emmener le moteur a ses limites.

L’embrayage se fait par centrifugation d’une masselotte, retenue par un ressort, qui butte sur une cloche où se trouvent les pignons de transmission. On peut jouer sur la dureté du ressort et sur la course entre la masselotte et la cloche afin de déterminer le moment où l embrayage va « coller »

La transmission :

Il existe deux types de transmission : par cardans (ce que j ai, pas très répandu) et par courroies (demande bcp d entretien mais préféré par les pilotes français).
Les points de réglages :
- les rapports de boites (boites 2 vitesse « automatique »)
- le moment de passage de la vitesse
- la viscosité de l’huile de differenciel (élément qui permet de compenser la différence de distance parcourue dans un virage par les roues intérieures et extérieures)

Les trains roulants :

Il y a beaucoup de réglages possibles comme vous allez le constater. Je vais lister ceux présent sur mon châssis et sur la plupart des autres châssis « compétition »




  • Les amortisseurs :

-inclinaison (4 points d ancrage en haut et 3 sur le triangle soit 12 possibilités)
-dureté du ressort (gamme de ressorts par marque)
-viscosité de l huile
-nombre de trous dans le piston
-diamètre des trous du piston



  • Inclinaison des triangles de suspension supérieur : 3x2=6 possibilités à l’arrière et 3 a l’avant (modifie la prise de carrossage à l’enfoncement)
  • Inclinaison des roues : carrossage et pincement/ouverture
  • Ackermann : différence de braquage, sur le train avant, entre la roue intérieure et extérieure dans une courbe
  • Butée haute (détermine la garde au sol maximale avant que les roues ne touchent plus le sol)
  • Dureté des Barre Anti-Roulis
  • Garde au sol
  • La voie (distance entre les roues du même train)
  • Dureté de la gomme/mousse des pneus



Un autre choix, primordial, est aussi à faire en ce qui concerne la carrosserie, le choix de celle-ci est important. La différence entre deux carrosseries, pour la même voiture et dans les mêmes conditions, peut être impressionnante (a vrai dire je n est pas encore fait de tests). La différence se fait au niveau de l appui aérodynamique entre l’avant et l arrière. On va alors choisir sa carrosserie en fonction des réactions de son châssis (si celui-ci « manque » de train avant ou arrière) En compétition, on remarque qu’il y a 3 carrosserie différentes, en gros, utilisé par les pilotes.



Pour finir je vous dirai qu’il faut avoir la voiture la plus efficace possible. J’emploie le terme de “efficace” au lieu de “performante” car il faut dissocier ces deux choses: la facilité de pilotage et les performances de la voiture. Régler sa voiture, cela sera toujours un compromis. Une voiture très performante peut être très difficile à conduire car trop pointue. A l’inverse, une voiture très facile peut être un véritable veau.
En tout état de cause, il ne faut pas perdre de vue qu’un plein dure 6-7 min (en général) et que, une course peut durer jusqu’à 30 min. Il faut chercher l’efficacité, c’est à dire une voiture performante mais qui puisse pardonner les petites erreurs de pilotage, inévitables sur la durée d’une course.
Revenir en haut Aller en bas
GDLR sultansax
Admin
GDLR sultansax

Messages : 47

Age : 37

MessageSujet: Re: le modelisme version compète   Lun 7 Mai - 0:38

après tout ça, on voit mal comment tu pourrais detester ce sport lol ! tu m'impressionnes par ton loisir et surtout ta grande passion pour ces petits bolides.
il est vrai k'il y a beaucoup de similitude entre des voitures de courses et le modélisme auto point de vue réglages, compétition,etc... mais il ne faut surtout pas comparer tout ça à un jeu vidéo tel que FORZA MOTORSPORT. Ceci etant que c'est une grande utilité de savoir régler son bolide même pour un jeu vidéo.
j'adore le modélisme seulement les maquettes mais avec la bobox, le travail, la femme, etc... difficile de trouver du tps pour réaliser mes maquettes autos.

______________________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
 
le modelisme version compète
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» EPT - version 5.1 des règles
» [Multimédia] "This is sparta" remix, version Hero Factory
» Res Publica Romana : nouvelle version cet hiver en VF
» Joyeux anniversaire Xérius ;) (version Goldo)
» nouvelle version de warhammer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GDLR FRANCE :: PADDOCKS :: Stands :: Discussions-
Sauter vers: